Réveillon en amoureux

Réveillon en amoureux

Cette année chez moi, c’était réveillon en tête à tête avec mon chéri, et je dois dire qu’on s’est régalés!
Je ne vais pas m’éterniser sur cette recette, je pense que plus personne n’a vraiment envie d’entendre parler de repas de fêtes en ce moment, mais j’avais quand même envie qu’elle figure sur mon blog parce que c’était délicieux, donc je vais en dire trois mots (pas plus, juré)!

Filet-de-boeuf-Rossini.jpg

Il s’agissait donc d’un filet de boeuf, cuit à basse température. Depuis que j’ai découvert cette méthode de cuisson, je ne vois pas comment je pourrais revenir à la manière traditionnelle de cuire un rôti. Il suffit de saisir la viande sur toutes ses faces dans une poêle, avec du beurre, puis on sale, on poivre, on emballe dans du film alimentaire, et c’est parti pour plusieurs heures eu four, à 60/65 °C, jusqu’à ce que la viande atteigne environ 60°C à coeur (il est bien sûr assez indispensable de s’aider d’un thermomètre à viande). Ensuite on peut la laisser dans le four à 60°C jusqu’au moment de servir. Je ferais un autre article dessus, photos de la viande à l’appui : on obtient une viande tendre à souhait, très juteuse, et joliment rosée.
En attendant que j’en parle plus longuement, si ça vous intéresse, je vous invite à farfouiller sur le blog A boire et à manger, mine d’informations sur la basse température!

Au moment de servir, j’ai fait poêler des escalopes de foie gras surgelé Picard dans une poêle bien chaude, sans matière grasse. 2-3 minutes de chaque côté, on enlève le gras, et hop déglaçage au vinaigre de framboise. J’ai ôté les escalopes, conservées au chaud, et j’ai mis dans ma poêle le contenu d’une boîte d’airelles cuisinées, trouvée à mon supermarché (la marque…la Conquête des Saveurs je crois, c’était très bon). On mélange jusqu’à ce que ce soit chaud, et voilà!

Il n’y a plus qu’à servir, une tranche bien épaisse de filet de boeuf, puis une escalope de foie gras poêlé, et on termine par de la sauce aux airelles!

Purée de vitelotte

J’ai accompagné cette viande d’une purée de pommes de terre vitelottes et panais, pour une magnifique couleur violette qui se mariait à merveille avec la sauce toute rouge. J’ai été agréablement suprise par la vitelotte, très farineuse, avec un délicieux goût de châtaigne, renforcé par le panais (bien frais surtout!).
Sinon, il s’agit d’une purée on ne peut plus normale : pommes de terre et panais épluchés, cuits au cuiseur vapeur, passés au moulin à purée, avec du lait, de la crème fraîche entière et du beurre demi-sel (beaucoup de beurre…malheureusement une très bonne purée contient beaucoup de beurre, il n’y a pas d’autre secret!).

Et une petite salade de roquette, assaisonnée d’une vinaigrette à l’huile d’olive et au vinaigre de framboise!

Comment ça j’ai écrit bien plus de trois mots?

likaozss lomapal