Mijoté d’hiver à la japonaise

Tous ceux qui ont eu la chance de visiter le Japon le savent : impossible de ne pas vouloir y retourner. Le Japon vous marque et la nostalgie ne cesse de revenir vous tenailler, encore et encore. Une photo, un parfum, un souvenir, et vous revoilà à Kyoto… C’est à la fois délicieux et terriblement frustrant. On se surprend à rechercher l’effet “madeleine de Proust”, qui porte si bien son nom : la mémoire olfactive (et donc gustative) est connue pour être la meilleure, et surtout la plus reliée aux émotions…

 « Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray ma tante Léonie m’offrait . La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté. Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à porter sans fléchir l’édifice immense du souvenir. »

-A la recherche du temps Perdu, Marcel Proust

 

japanese-stew2.jpg

 

Ces légumes mijotés et leur bouillon à la saveur “umami” si particulière évoquent irrésistiblement le goût du Japon! En découvrant cette recette sur le blog de Cuisine en Bandoulière à mon retour de voyage, je savais qu’elle me ferait voyager le temps d’une bouchée…

 

Mijoté d’hiver à la japonaise

 

1 dé de gingembre
1 carotte
1 portion de courge (kabocha si vous trouvez, sinon butternut pour moi)
1 patate douce (japonaise idéalement, mais impossible d’en trouver par ici…)
1 petit poireau
6 champignons shiitake

ou encore d’autres légumes d’hiver au choix : panais, navets,…

– 60cl de dashi, bouillon japonais (ou bien bouillon de volaille)
– 2 cuillères à soupe de mirin
– 2 cuillères à soupe de saké de cuisine
– 2 cuillères à soupe de sauce soja
– 1 cuillère à soupe de sucre

japanese-stew.jpg

Emincer les champignons et le poireau, détailler plus grossièrement les autres légumes. Couper finement le gingembre. Dans une cocotte ou une grande casserole sur feu moyen-vif, avec un peu d’huile, faire suer quelques minutes les poireaux avec le gingembre. Ajouter le bouillon et les légumes en morceaux. Couvrir et porter à ébullition, puis baisser le feu et laisser mijoter une vingtaine de minutes. A la fin, vous pouvez ajouter quelques haricots verts ou pois gourmands pour la couleur!

Laisser refroidir et verser dans un récipient à couvercle, mettre au frais (il faut laisser le temps aux légumes de bien s’imprégner du bouillon!). Le lendemain, égoutter en récupérant le jus et déguster froid dans un bento, ou réchauffé, accompagné du bouillon servi à part.

japanese-stew3.jpg

Avec des onigiris assaisonnés d’un mélange d’algues, c’était parfait! Et ça permet de ne pas se lasser des légumes d’hiver, même si l’envie de printemps commence à se faire sentir ^^

 

printemps.jpg

admin